BIG SUCCESS PROPOSE DE NOUVEAUX SERVICES À SES CLIENTS GRÂCE À YELLOWBOX CRM

« Le confort apporté est indéniable sur la gestion des bases. Et le confort … c’est du temps de gagné. Et donc de la qualité dans ce qui est délivré. »

Olivier ROBERT, Vice Président et fondateur de BIG SUCCESS

L’AGENCE DE MARKETING 360° « BIGREMENT EFFICACE » OPTIMISE LA GESTION DE BASE DE DONNÉES DE SES CLIENTS AVEC UNE SOLUTION CONVIVIALE

BIG SUCCESS est une agence de communication globale fondée il y a 23 ans par des publicitaires-entrepreneurs dont les équipes sont constituées majoritairement de managers expérimentés associés aux résultats de l’agence. Son activité actuelle de stratégie, création et accès médias est le fruit d’une longue expérience en multicanaux : TVLowCost – qui produisait des films publicitairescourts pour les PME – a été la première agence en termes de volumes de créations indépendantes. TV et web ont été réunis ensuite au sein de Digilowcost, qui intégrait un pôle de création de sites, de la publicité digitale, ou encore du « RTB » (Real-Time Bidding, ou enchères en temps réel). Cette démarche a donné l’impulsion vers la programmatique : tous les médias seront bientôt accessibles via des plateformes programmatiques, notamment les panneaux d’affichage numérique présents dans les différents points de vente. Double avantage : l’achat d’espaces revient de 30 à 80% moins cher et les campagnes sont optimisées au quotidien grâce à des supports innovants, efficaces et rentables. Présence sur les réseaux sociaux, modération, e-réputation, gestion de crise et analyse d’avis clients pour des univers tant B-to-B que B-to-C constituent l’éventail des compétences de Big Success.

L’agence mutualise des compétences de créa télé et web avec des achats media on/offline. « Stratégie et création étant les portes d’entrées vers des campagnes réussies » selon Olivier Robert, Vice-Président et Fondateur du groupe. Dans un contexte de développement de business et de pur marketing allant bien au-delà de la transformation digitale, comment choisir un outil pour absorber des mécaniques métiers et positionner le bon message sur le bon canal et adresser la bonne cible au bon moment, en allant au-delà des problématiques classiques d’inbound ou de marketing automation ? Réponse : il faut un CRM !

UN CRM POUR EN FINIR AVEC LA DISPERSION DE L’INFORMATION

« Plusieurs personnes s’occupaient de l’acquisition de prospects, chacun ayant ses propres apporteurs d’affaires, rien n’était mutualisé. Les prospects étaient partagés via des fichiers Excel ce qui impliquait un défaut de synchronisation et d’harmonisation des sources, un timing irrégulier ou décalé des campagnes, du travail en silo donc, dans un contexte de forte croissance de data mal croisées et mal exploitées » explique Olivier Robert. La démarche de mise en œuvre d’un CRM s’est imposée d’elle-même le jour où BIG SUCCESS a pris conscience que ses clients allaient être confrontés aux mêmes symptômes, sans forcément vouloir les traiter par eux-mêmes. L’agence se devait d’être force de proposition pour leur offrir une solution compatible avec les campagnes qu’elle allait construire pour eux.

3 CRITÈRES PRINCIPAUX DE CHOIX : ÉCOUTE, CONNAISSANCE MÉTIER ET SIMPLICITÉ

BIG SUCCESS avait déjà étudié plusieurs solutions dont l’usage s’est avéré compliqué. « Il faut que les choses soient simples pour qu’elles soient utilisées » selon M. Robert. C’est donc tout simplement lors d’un échange avec un client lyonnais qu’il a entendu parler pour la première fois de Yellow Box CRM. « Ce qui a fait la différence, c’est tout d’abord le bon relationnel autour du businesscar l’agence évolue sur des domaines sensibles. La simplicité de l’outil m’a toute de suite séduit » ajoute M. Robert, même s’il reconnaît qu’il est délicat de faire changer les habitudes en interne, car c’est une démarche à long terme. « Le temps passé en formation a démontré que l’outil était hyper-flexible et permettait une adaptation à tous types de clients, un point crucial pour notre activité ». L’approche budgétaire a été par ailleurs très appréciée.

UN DÉPLOIEMENT RAPIDE

La mise en œuvre de la solution s’est faite par transfert de compétences, par du paramétrage à la demande et de l’accompagnement. Le déploiement a été assez rapide entre le choix et la mise en place (un mois en tout). Aujourd’hui, BIG SUCCESS utilise l’outil principalement pour la prospection, la gestion de base de données de prospects.

UN ROI DÉLICAT À CALCULER…

« Il est toujours compliqué de calculer un ROI sur ce type de projet. Le confort apporté est indéniable sur la gestion des bases. Et le confort … c’est du temps de gagné. Et donc de la qualité dans ce qui est délivré » pour Olivier Robert.

… MAIS DES PERSPECTIVES D’USAGES TRÈS VASTES

L’étape suivante consistera à interfacer Yellow Box CRM avec un outil interne de gestion clients. Le but : apporter une vraie plus-value à tout le staff grâce à un accès à une information qualitative sur :

  • Les fiches clients,
  • Les en-cours,
  • La mise en œuvre d’une mécanique cross-business (croisements d’informations sur des clients communs entre différentes équipes)

La synergie de projets doit permettre d’accroître le développement d’opportunités d’affaires. BIG SUCCESS peut désormais proposer à ses clients ce qui a été réalisé en interne chez lui : gagner de la pertinence dans la gestion de bases de données, en segmentation et en qualité. « L’idée consiste à créer un nouveau produit, un nouveau service qui va permettre à des organisations dépourvues de bases de données de collecter de la data et de la gérer avec efficience ».

En résumé : Yellow Box CRM va permettre à BIG SUCCESS de construire et de gérer des bases pour le compte de ses clients. Au final : redonner à certains grands comptes le contrôle sur la connaissance de leurs clients – qui l‘ont souvent laissé aux distributeurs – et réexploiter celle-ci notamment sur les réseaux sociaux. Une démarche gagnant-gagnant pour toutes les parties prenantes.

Index Mobile First : 7 points clarifiés par Google

Source : abondance.com

Le compte Twitter pour webmasters de Google a dernièrement clarifié 7 points importants au sujet de l’index Mobile First qui bat son plein à l’heure actuelle. Une sorte de FAQ permettant de mieux appréhender et comprendre le projet…

On sait que le passage à l’index Mobile First est en cours à l’heure actuelle pour le moteur de recherche Google et que les premiers messages de notification ont été envoyés dans la Search Console depuis quelques semaines.

A ce sujet, le compte Twitter Google pour webmasters a publié une suite de 7 tweets concernant ce projet, afin de rappeler et parfois clarifier des points qui pouvaient parfois s’avérer obscurs pour certains webmasters. Les voici :

  • L’indexation et l’analyse du contenu de la page se fera bien sur la version mobile lorsque la page sera dans l’index Mobile First. Mais le moteur desktop montrera toujours dans ses résultats la version desktop du site et le moteur mobile proposera la version mobile du site (si elle est différente, bien sûr).
  • Le crawl du site va « switcher » du robot desktop au robot mobile. Si les URL sont différentes, le site mobile devrait être plus crawlé que le site desktop lors du passage à l’index Mobile First.
  • La version « en cache » d’un site qui a été versé dans l’index Mobile First ne peut pas pour l’instant être visualisée. Il s’agit d’un bug en cours de réparation au sein des équipes de développement du moteur.
  • Le projet Speed Update, en cours de déploiement ce mois-ci, est totalement décorrélé de l’index Mobile Fist.
  • Les accordéons, onglets ou menus de type « hamburgers » fonctionnent, sont pris en compte et ne posent pas de problèmes spécifiques.
  • Peu importe la façon dont le site est compatible mobile (responsive, site dédié, dynamic serving/) ou même si le site n’est pas compatible mobile, il sera versé dans l’index Mobile First. Si le site ne dispose pas d’une version mobile, c’est la version desktop qui restera prise en compte.
  • Le fait d’avoir son site versé dans l’index Mobile First ne fournira pas de « boost » supplémentaire en termes de SEO.

Peu de problèmes majeurs constatés lors du passage à l’Index Mobile First

En conclusion : tout a l’air de se passer normalement pour l’instant dans ce projet qui devrait se poursuivre d’ici à la fin de l’année. A ce jour, aucune perte de trafic ou de position ne semble avoir été signalée suite au passage en Mobile first.

Continuons cependant à répéter le même conseil : il est très important de proposer le même contenu sur les version desktop et mobile. Si c’est le cas, tout devrait bien se passer pour votre site web. Voici notre vidéo qui rappelle tout ceci :

 

 

INFOGRAPHIE : le baromètre 2018 des notifications push pour apps mobiles

Source : CB News

Accengage, spécialiste des technologies de notifications push pour apps mobiles, sites web et Facebook Messenger, publie l’édition 2018 de son Baromètre du Push pour Applications Mobiles. Une étude basée sur plus de 50 milliards de notifications envoyées à 900 millions de mobinautes dans le monde de janvier à mi-juin 2018. Dans une infographie, on y apprend notamment que 43,9% des utilisateurs iOS acceptent de recevoir les notifications, contre 91,1% sur Android. Que c’est le secteur de la finance qui a le meilleur taux d’opt-in global (72,3%), suivi du voyage (70,2%) et du e-commerce (68%). La France est le deuxième pays européen avec le meilleur taux d’opt-in (68,4%), derrière l’Italie (68,7%). En termes de « taux de réaction », c’est-à-dire le pourcentage d’utilisateurs ayant cliqué sur ces notifications, l’étude relève un taux moyen de 7,8% (4,9% sur iOS et 10,7% sur Android). Le top 3 des secteurs avec les meilleurs taux de réaction sont : le voyage (11,3%), la finance (9,8%) et le e-commerce (7,9%). La France est le deuxième pays européen avec le meilleur taux de clic (8,9%), derrière l’Allemagne (9,2%).