Facebook teste une nouvelle fonctionnalité : « choses en commun »

Source : siecledigital.fr

Facebook veut élargir le champ de communication de ses utilisateurs à l’extérieur de leur cercle d’amis.

Pour cela, le plus célèbre des réseaux sociaux teste actuellement une nouvelle fonctionnalité appelée « choses en commun », qui affiche des informations que vous avez en commun avec des personnes avec lesquelles vous n’êtes pas amis. Par exemple, si vous êtes allés dans la même école qu’une personne, celle-ci pourra être mise en valeur dans les commentaires d’une publication et ça même si vous ne l’avez jamais eu dans votre réseau sur Facebook. Ce sera la même chose si vous faites partie d’un même groupe ou encore si quelqu’un habite à proximité. L’étiquette (comme présentée ci-dessous) indiquera alors « De Phoenix, en Arizona » ou de n’importe où.

Cette nouvelle caractéristique fait partie des efforts de Facebook pour continuer de rendre les discussions publiques plus significatives et ces choses en commun sont censées y participer. « Savoir ce que les gens partagent en commun aide les gens à se connecter », a déclaré un porte-parole du réseau social dans un communiqué.

Ce n’est pas la première tentative de Facebook pour vous connecter à des personnes étrangères à votre cercle d’amis. En effet,  au début du mois, le réseau social a annoncé de nouveaux outils pour connecter des mentors avec des mentorés via les groupes Facebook.

Facebook garantit vos paramètres de confidentialité

Cette nouvelle fonctionnalité respectera totalement les paramètres d’audience et de confidentialité des utilisateurs.

En effet, les caractéristiques affichées, mentionnant  vos choses en commun, seront uniquement composées d’informations publiques. Rien de supplémentaire ne sera dévoilé par rapport à une visite normale sur le profil de quelqu’un. Tout élément défini par un utilisateur comme privé restera confidentiel. 

Comme toutes les nouveautés testées par Facebook, cette fonctionnalité est pour le moment disponible pour un faible nombre d’utilisateurs, et seulement aux États-Unis. Pas certain que ce petit changement reste effectif après la phase de test. Facebook peut également prévoir des modifications comme par exemple un classement des informations que vous souhaitez diffuser à ces « étrangers ». 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *